Octobre 2017

Comment choisir sa softshell ?

Une bonne veste softshell doit être confortable et fonctionnelle. L’équilibre entre sa
résistance au vent, sa résistance à l’eau et sa respirabilité est important et peut varier
considérablement d’un produit à l’autre.


 

Les différents types de Softshell

 

Softshell 2 couches sans membrane

• Les softshells à deux couches sont composées de deux tissus qui sont laminés ensemble.
• Le tissu externe est traité avec un revêtement résistant à l’eau qui pénètre dans les fibres et cause la déperlance de l’eau.
• La couche interne évacue l’humidité du corps, fournit une chaleur supplémentaire et permet une liberté de mouvement.

C'est une option qualitative à un prix accessible.

 

 

Softshell 2 couches avec membrane

• Le tissu extérieur est traité avec un hydrofuge.
• Une membrane imperméable est laminée à la couche extérieure
• Parfois avec un filet protecteur suspendu à l’intérieur qui protège la membrane.
• Cette option n’est pas aussi repandue que les vestes 3 couches, parce qu’elle est moins respirante, moins durable.

James&Nicholson a décidé de ne pas inclure cette option dans sa collection, car elle est la moins intéressante.

 

 

Softshell 2.5 couches avec membrane

• La conception d’une softshell 2,5 couches est similaire à celle d’une 2 couches.
• Ensuite, un stratifié très mince ou un autre revêtement est imprimé ou pulvérisé sur la couche intérieure pour protéger la membrane contre la sueur, la saleté ou d’autres huiles qui pourraient obstruer les pores. Cette couche est souvent «peinte», c’est pourquoi elle est considérée comme une demi-couche.

Les softshells 2,5 couches sont de plus en plus populaires car il s'agit de vestes légères et performantes avec de bonnes fonctions.

 

 
 

Softshell 3 couches

• Les matériaux durables extérieurs hydrophobes (non absorbants), comme le polyester, le polyamide ou le nylon,
sont revêtus d’un agent hydrofuge pour éviter que la couche extérieure n’absorbe l’eau.
• La membrane ou couche intermédiaire est fabriquée à partir d’un matériau synthétique très mince. La membrane
est imperméable à l’eau et respirante, avec des pores microscopiques qui permettent à la vapeur de passer mais
empêchent l’eau de rentrer.
• La couche interne est généralement en polaire. S’il s’agit d’une veste de ski, on y rajoutera un matelassage, si on
parle d’une veste running, on choisira un single jersey plus fin.
• Les 3 couches sont laminées ensemble.


Les softshells 3 couches représentent environ 80 à 90% du marché.

 

TPU

La membrane TPU est un polymère respirant et imperméable. Il est doux et flexible, sa structure légère lui garantit
des performances optimales.

 

 


 

 Comment mesure-t-on l’imperméabilité ?

 

L’imperméabilité de la membrane est mesurée sur le principe du colonnage d’eau. On place une colonne d’eau sous
pression sur un tissu, on mesure à partir du moment ou l’eau commence à pénétrer. Si le tissu supporte une pression
de 5 000 mm d’eau, son indice sera 5 000 mm ou 5 Kmm.

 

INDICE RÉSISTANCE
0mm – 1,300mm Minimum
1,300mm – 10,000mm Tissu imperméable tel que défini par les normes ISO européennes.
10,000mm – 20,000mm Norme de l’industrie «Outdoor» pour les tissus imperméables.
+ 20,000mm Tissu totalement imperméable utilisé par les spécialistes du vêtement technique
professionnel.
 

Respirabilité mesurée g/24hrs/m²

La respirabilité est la capacité d’un tissu à évacuer la vapeur d’eau. Le tissu fonctionne en égalisant la pression et la
chaleur entre l’intérieur et l’extérieur de la veste.
Un tissu garantissant une bonne respirabilité limite la condensation de la vapeur d’eau à l’intérieur du vêtement, il
facilite donc l’évacuation de la transpiration et maintient le corps au sec.
Il n’existe pas de test universel standard pour mesurer la respirabilité.
«The Upright Cup Test» est l’un des tests existants. Ce test mesure le taux de transmission de la vapeur d’eau à
travers le vêtement. Le tissu à tester est fixé sur une tasse verticale et étanche dans un environnement contrôlé, et
après une période de temps choisie, la tasse est pesée pour noter la quantité d’humidité qui a traversé le tissu dans
la tasse.
Les résultats sont exprimés en g / m² / 24hrs, ce qui indique le niveau d’humidité que le tissu peut libérer et donc sa
capacité de respirabilité.
Plus l’indice est élevé, exemple 10 000 g/m², plus le vêtement est respirant.
 

 

RÉSULTAT NIVEAU
< 3000 gr/m²/24h Minimum
3,000 à 9,000 gr/m²/24h Moyen
> 9,000 gr/m²/24h Élevé